Défi Énergie Nantes Métropole 2021-2022

[Challenge n°14]

Je passe une semaine sans TV ni plateformes de visionnage en ligne.

Vous les connaissez et les utilisez sûrement, les plateformes de visionnage en ligne font depuis quelques années partie de notre quotidien. Entre Netflix, Salto, Disney+, YouTube et bien d'autres... nous avons l'embarras du choix pour visionner un contenu presque illimité.

 

On en a déjà parlé lors du challenge n°9, qui vous incitait à faire le tri dans votre boîte mail, et c'était aussi le thème abordé lors de l'événement de mi-parcours samedi dernier : l'impact carbone du numérique ne cesse d'augmenter. Le visionnage de vidéos en streaming est le plus gros facteur d'émission de gaz à effet de serre. À elles seules, les vidéos représentent 80 % du flux de données en ligne. À noter, que Youtube fonctionne avec 56 % d'énergies renouvelables, mais que Netflix, lui, fonctionne avec 30 % de charbon. ♻️

 

Quel impact pour notre divertissement ?

Le streaming est technique de diffusion et de lecture en ligne et en continu de données multimédias, qui évite le téléchargement des données et permet la diffusion en direct (ou en léger différé).

Une étude réalisée par une équipe de recherche de l'université de Bristol sur la production de CO2 émise par YouTube (l'un des plus gros sites de partage de vidéos au monde), révèle qu'en 2006 la plateforme dépassait de loin la production de gaz à effet de serre de la ville de Glasgow.

 

Pour mesurer l'empreinte carbone selon notre temps de visionnage, il faut utiliser l'«équivalent dioxyde de carbone» (CO2) comme unité de mesure. Le géant Netflix estime qu'une heure de streaming sur sa plateforme produit «bien moins» de 100 grammes de CO2. Selon le quotdien Les Échos, c’est l’équivalent de l’utilisation d’un ventilateur de 75 W pendant 6 heures en Europe, ou d’un climatiseur de 1 000 W fonctionnant pendant 40 minutes. 💻

De son côté, The Carbon Trust, chargé d'accompagner les entreprises vers la décarbonisation, établit plus précisément que la moyenne européenne est de 55 à 56 grammes de CO2 par heure de streaming, soit l'équivalent de 300 mètres en voiture.

 

Récemment, Netflix a pris la décision de communiquer le total des heures de visionnage de tous ses utilisateurs dans le monde pour ses dix meilleurs programmes.

➡️ Bilan : ils ont passé 6 milliards d'heures à regarder, entre autres, Squid Game, Stranger Things, La Casa de Papel ou encore La Chronique des Bridgerton au cours des vingt-huit premiers jours suivant leur sortie. Pour donner une équivalence concrète, cela reviendrait à parcourir 1,8 milliard de kilomètres en voiture, soit plus que la distance entre la Terre et Saturne, évaluée à 1,3 milliard de kilomètres. 📺

 

 

Près de 90 % des émissions de CO2 et de l'énergie consommée pour regarder une heure de streaming proviennent des équipements de l'utilisateur final. A noter que les émissions de CO2 et la consommation d'énergie sont bien plus faibles sur des smartphones que sur des écrans TV.

 

Comment limiter cette empreinte ?

Si vous souhaitez réduire votre utilisation des plateformes de streaming, voilà ce qu'on peut vous proposer :

  • Une des solutions c'est de regarder moins de vidéos ! (Profitez de ce temps pour faire des jeux de société, lire un livre...). 🤓
  • Diminuez la résolution des vidéos. Selon le contenu, une résolution de 480p est suffisante.
  • Téléchargez les vidéos plutôt que de les regarder en streaming. ▶️

 

Pour des données plus complètes et des précisions sur le sujet, on vous conseille d'aller lire par 👉 ici.

 

 

➡️ On en profite pour vous faire notre rappel hebdomadaire :

  • Pensez à faire vos relevés de compteurs tous les mois, cela permet suivi idéal ! 🤓
  • Merci à tous ceux qui sont venus à l'événement de mi-parcours, le samedi 5 mars dernier. 🥳

 

 

Alors, cap ou pas cap ? Dites-nous tout par mail à l'adresse :

contact-defisenergie-nantes@alisee.org 

ou directement par message sur notre compte Instagram ou notre page Facebook ! 📸